La Suisse est souvent citée en exemple pour la qualité de son système social, et notamment pour son régime de prévoyance robuste et bien structuré. Pour ceux qui envisagent de s’installer en Suisse ou qui y résident déjà, comprendre le fonctionnement de cette prévoyance peut s’avérer crucial pour assurer un avenir financier stable. Ce guide pratique vise à démystifier le système suisse, en mettant en lumière ses piliers et ses particularités, et en expliquant comment ceux-ci contribuent à maintenir un niveau de vie confortable à la vieillesse ou en cas d’invalidité.

Premier pilier : assurance vieillesse et survivants (avs)

Le premier pilier est destiné à garantir les besoins vitaux de base et est considéré comme le socle de la prévoyance en Suisse. Il s’agit de l’assurance vieillesse et survivants (AVS), qui est complétée par l’assurance-invalidité (AI) et les prestations complémentaires. Chaque résident suisse y contribue via des cotisations dès son entrée sur le marché du travail jusqu’à l’âge de la retraite. L’âge légal de la retraite est fixé à 65 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes, mais il y a des possibilités de retraite anticipée ou de retraite différée, avec des ajustements correspondants des prestations.

Pour plus d’informations sur le système de prévoyance en Suisse, vous pouvez visiter ce portail https://www.portailassurance.com/prevoyance-suisse/.

Deuxième pilier : prévoyance professionnelle (lpp)

La prévoyance professionnelle suisse, aussi nommée Loi sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP), constitue le second pilier. Elle est obligatoire pour tous les salariés dont le salaire annuel dépasse un certain montant. Les caisses de pension collectives, dans lesquelles employeurs et employés cotisent, gèrent ce pilier. Les prestations du deuxième pilier visent à maintenir le niveau de vie habituel après la retraite ou en cas d’invalidité.

Troisième pilier : prévoyance privée

Enfin, le troisième pilier de la prévoyance suisse est facultatif et sert à combler les éventuelles lacunes des deux premiers piliers. Il se présente sous deux formes : 3a (lié) et 3b (libre). Le pilier 3a offre des avantages fiscaux et permet de se constituer une épargne retraite complémentaire, tandis que le pilier 3b est plus flexible, mais offre moins d’avantages fiscaux.